Bon réveillon à tous !

Je vous souhaite à tous une excellente année 2014, riche en pratique !

Et comme d’habitude une nouvelle preuve que l’Armée Rouge a tout inventé : Lire la suite

Publié dans Uncategorized | Un commentaire

Quelques nouvelles…

Le site a de nouveau connu une petite accalmie. Une des raisons principales et non des moindres étant la pénurie d’articles originaux. Je me suis donc tourné vers des sources russes mais la traduction prends un peu plus de temps !

Sinon c’est encore la fête des séminaires cette année, Andreas Weitzel, les 30 novembre et 1er décembre à Paris (on m’a beaucoup conseillé cet instructeur j’essayerais donc d’aller le voir !), Vladimir Vasiliev, les 17 et 18 mai à Paris… Sans parler de tous les autres : vous pouvez trouver un planning de tous les séminaires à venir sur Art Martial Russe.

La revue Black Belt (n° d’août/septembre 2013) a consacré un article assez long à Vladimir Vasiliev :

Black Belt Cover AugSep2013

"Le Systema est-il le style de combat le plus féroce du monde ?"

Sous ce titre un peu trop racoleur à mon goût se trouve un article destiné aux profanes qui passe en revue les grands principes du Systema déjà évoqué dans d’autres articles que vous avez pu lire ici (respiration, relaxation, déplacement et posture). Vous n’y trouverez donc pas grand chose de nouveau mais j’ai particulièrement apprécié un encadré situé à la fin de l’article, signé par Martin Wheeler (l’encadré pas l’article ^o^) :

"Je me suis entrainé avec beaucoup d’artistes martiaux [...] décrire Vladimir Vasiliev comme le meilleur d’entre eux ne serait pas lui rendre service [...] Il est humble, sincère et désire réellement partager son art comme s’il s’agissait d’un présent."

Au programme des prochains articles : de la respiration !

Publié dans Critique Livre, Séminaires | Tagué | Poster un commentaire

Conseils de respiration pour un tir parfait

par Konstantin Komarov (juin 2012)

Source : Russian Martial Art

Traduit par Alexandre Jeannette

Un des facteurs clés du tir au Systema est la respiration. Dans une situation réelle et à l’entrainement (dans le Systema) le tir se fait généralement en mouvement. Cela signifie que vous ne pourrez pas retenir votre respiration comme cela est enseigné dans la plupart des écoles de tir. Lorsqu’il est en mouvement, le corps a un besoin important en oxygène et une apnée pourrait mener à une tension excessive aussi bien au niveau mental que musculaire. La respiration au cours du mouvement doit donc être libre et continue.

D’où la nécessité de respirer correctement, d’une façon qui n’affecte pas le niveau de vos épaules même avec une dépense physique importante. Cela signifie que l’inspiration et l’expiration doivent se faire principalement avec le diaphragme et l’abdomen plutôt qu’avec la poitrine et les épaules. Il existe un test très simple pour voir si votre respiration est adaptée au tir en mouvement.

Prenez 10 cailloux et lancez-les contre un tronc d’arbre a une distance d’environ 4 à 5 mètres. Ne mettez pas plus de 15 secondes à faire les 10 lancer. Faites 3 séries de 10 lancer puis calculé votre taux de réussite (le nombre de fois ou vous avez atteint votre cible divisé par le nombre de série).

Faites ensuite 25 squats en apnée et immédiatement après, alors que vous êtes encore en train de récupérer faites immédiatement 10 lancer en moins de 15 secondes. Souvenez-vous de votre résultat.

Faites la même chose après 25 pompes en apnée puis après 25 lever de jambes en apnée. Calculez à nouveau votre taux de réussite et comparez le au précédent.

Notez que le nombre de squats, de pompes et de lever de jambes (les exercices de base du Systema) peut-être plus ou moins élevé selon vos capacités physiques.

Si votre nouveau résultat est inférieur de 30% par rapport au précédent (c’est à dire 3 tir ratés en plus par série) vous avez probablement respiré d’une façon inadaptée au tir en mouvement. Cela signifie qu’au cours de votre récupération votre respiration a trop engagé les épaules, la nuque et d’autres muscles qui ne sont pas nécessaire. Cela conduit à une tension excessive, aussi bien au niveau du corps que de l’esprit.

Comment développe-t-on une respiration correcte ? C’est très simple : pratiquez les exercices de respiration du Systema graduellement et régulièrement. De temps en temps demander à un pratiquant expérimenté d’observer votre respiration et de vous faire part de ses observations.

Si vous êtes un tireur confirmé et que vous avez accès à un stand de tir vous pouvez refaire cet exercice avec un pistolet. Il vous faudra une cible placée à une distance d’environ 8 mètres et 5 balles par série. Face à la cible, tirez avec le bras au niveau de votre poitrine en tenant votre arme d’une seule main. Pendant que tirez marchez sur place. Pour les différents calculs procédez comme pour l’exercice précédent mais cette fois-ci une réduction de 20% de votre taux réussite est considérée comme importante.

Essayez et corrigez-vous au fur et à mesure.

Profitez de nos exercices de respirations quelque soit votre âge, vos capacités physique ou votre profession pour devenir plus compétent, puissant et en bonne santé.

Publié dans Entrainement | Tagué | Un commentaire

Qu’est-ce que le travail compact ?

par Mikhail Ryabko et Vladimir Vasiliev (décembre 2012)

Source : Russian Martial Art

Traduit par Alexandre Jeannette

J’ai choisi de traduire "short work" par "travail compact" plutôt que par "travail court" afin d’éviter une confusion avec le travail à courte distance.

Efficace et adapté aux confrontations, le travail compact est une des applications du Systema les plus intéressantes mais la plus difficile à maitriser. Ne confondez pas ce travail avec le travail à courte distance, ce n’est pas le sujet ici. Afin de clarifier les choses nous avons demandé aux fondateurs du Systema de définir ce qu’était le travail compact. Voici leurs réponses :

Mikhail Ryabko
Ce travail est composé de mouvements réduits, aussi bien en quantité qu’en amplitude, mais extrêmement précis et puissants. Il évite donc les mouvements brusques, trop amples et inutiles. L’accent est donc mis sur des mouvements courts et calmes où le contact avec la cible est quasi instantané, précis et puissant. Le travail compact est difficile à percevoir, aussi bien pour un observateur extérieur que pour un adversaire. L’effort physique requis pour ce travail doit-être minimal. Notez toutefois qu’un  entrainement assidu est indispensable pour atteindre ce niveau de maitrise. Les pratiquants de Systema développent cette compétence en apprenant à contrôler leur tension physique et psychologique, en se déplaçant correctement, en respirant convenablement, en ayant des poings "lourds", en étant libre de leurs mouvements , en faisant preuve de diversité tactique et en appliquant tout les autres principes du Systema.

Vladimir Vasiliev
Plus précisément, le travail compact est le résultat de la rencontre entre votre relaxation et la tension de votre adversaire. Dans une confrontation vous êtes face à deux possibilités : votre agresseur est déjà tendu et vous devez voir à quel endroit ou vous devez le forcer à se tendre là où vous en avez besoin. Vos frappes et vos mouvements « rebondissent » alors sur cette tension ce qui vous permet de frapper plusieurs fois au cours du même mouvement. Par exemple si vous donnez un coup de poing votre bras ne fait pas une pause et ne revient pas vers vous, il poursuit son mouvement en continuant à frapper ce qui se présente devant lui.

Les bénéfices liés à l’apprentissage du travail compact sont importants car il permet de vous défendre contre plusieurs agresseurs. Il permet également de travailler sur plusieurs niveaux : défense, attaque, redirection et arrêt des attaques. Plus l’adversaire est tendu plus le travail compact peut-être rapide. Cette rapidité n’est pas synonyme de légèreté pour vos coups, dans le travail compact ils doivent être puissants et "lourds". Le travail compact correct est précis, quelle que soit la position de la cible, vous devez donc pouvoir tendre n’importe quelle partie de votre bras  indépendamment de la tension présente dans le reste de votre corps et de sa position.

Il est très difficile pour votre adversaire de se défendre contre le travail compact et ses effets sur un corps tendu sont dévastateurs. La seule façon de gérer le travail compact est d’éliminer la tension présente dans votre corps. Aussi intéressant à étudier qu’efficace dans une confrontation, l’utilisation du travail compact est le signe d’une véritable maitrise.

Publié dans Analyse | Tagué , | Poster un commentaire

Le doute empêche la compréhension

par Valentin Talanov (Septembre 2012)

Source : Russian Martial Art

Traduit par Alexandre Jeannette

Au camp Systema de 2012, Valentin Talanov a commencé la semaine par l’anecdote suivante :

"Un événement a changé mon approche du Systema et de l’entraînement en général. C’est arrivé dans les années 80, au domicile de Mikhail Ryabko. Venir voir son instructeur chez lui était courant en Russie. Nous étions trois élèves de Systema venu discuter avec Mikhail ce jour là. Nous étions tous expérimentés dans d’autres formes de combat mais nous étions novices dans ce type d’entrainement et nourrissions quelques doutes à l’égard de l’apprentissage du Systema. Nous avons en fait commencé par dire à Mikhail que nous allions arrêter d’apprendre le Systema parce que nous ne le comprenions pas.

Mikhail est resté très calme et positif face à cette annonce. Il a dit : "le doute empêche la compréhension". Et ensuite il nous a demandé de réaliser deux exercices très simples.

"En premier lieu faites une pompe en claquant dans vos mains avant de redescendre."

On l’a fait sans problème.

"Deuxièmement faites une pompe en claquant des mains une fois au-dessus de votre tête puis une fois sous votre poitrine avant d’atterrir."

Après quelques essais nous y sommes parvenus.

Finalement il fallait faire une pompe en claquant une fois au-dessus de notre tête puis une fois sous notre poitrine et enfin une fois derrière notre dos avant d’atterrir.

Mikhail nous a dit que nous pourrions pas partir avant d’y être parvenu. Nous avons tous rit et fait des blagues sur l’impossibilité de cette exercice. Mikhail précisa que c’était faisable et que des gens y étaient parvenus et que nous serions incapables de l’accomplir tant que nous avions des doutes. Nous avons continuer à plaisanter sur le sujet pendant 40 minutes. Finalement, nous nous sommes calmés et avons commencé l’exercice…

Finalement nous étions tous déterminer à réussir l’exercice, nous y avons cru et nous avons tous réussit ! Je me souvient d’avoir fait une pompe avec beaucoup d’amplitude et d’avoir frappé dans mes mains une troisième fois une fraction de seconde avant de reposer mes mains au sol.

C’était une expérience très concrète qui nous a permis de voir comment la foi conduit au succès, comment le succès permet la compréhension et comment la compréhension créé la confiance. De plus cela m’a permis de réaliser que j’aimais le Systema et je me suis mis à le pratiquer régulièrement et avec entrain. Plus de 25 ans plus tard je suis très reconnaissant envers Mikhail pour sa pédagogie unique et pour le don du Systema. Cela a changé mon entraînement et a enrichi ma vie."

Publié dans Entrainement | Tagué | Poster un commentaire

Conditions difficiles

par Konstantin Komarov (juillet 2012)

Source : Russian Martial Art

Traduit par Alexandre Jeannette

Dans les arts martiaux actuels, tout ce qui se déroule en dehors de la salle d’entrainement ou du dojo est considéré comme se déroulant dans des conditions difficiles. De notre côté ces termes font références à l’ensemble des facteurs qui limitent nos mouvements et notre perception.

Regardons de plus près deux de ces environnements : l’obscurité et l’eau.

L’obscurité a un impact considérable sur la manière dont nous percevons notre environnement et l’eau modifie nos mouvements. Notre entrainement peut énormément bénéficier de ces environnements en nous sortant de notre zone de confort.

Voici deux exercices très utiles (et simples) pour appréhender le travail dans ces conditions.

Se préparer au travail dans l’obscurité

Essayer l’exercice suivant pendant qu’il fait encore jour :

Mettez vous dans un parc ou une forêt. Marquer l’endroit où vous êtes à l’aide d’un objet quelconque (pierre, bâton, chapeau…), choisissez un arbre situer à 10 ou 15 pas de vous. Fermez vos yeux, essayez de rejoindre l’arbre puis revenez à votre point de départ. Une fois que vous y êtes parvenu, choisissez un second arbre, situé à 10 ou 15 pas du premier. Encore une fois fermez les yeux et dirigez-vous vers le premier arbre puis le second puis de nouveau vers votre point de départ. Si vous réalisez cet exercice confortablement après deux ou trois essais votre sens de l’orientation est excellent. La nuit sera toujours votre alliée.

Eau et frappes

Cette exercice devrait être pratiqué avec un partenaire. Ramassez 10 à 15 petites pierres puis avancer dans l’eau jusqu’à ce l’ensemble du corps situé sous la nuque soit immergé. Demandez alors à votre partenaire de jeter une pierre dans un rayon de 50 à 80 centimètres autour de vous. Votre tâche consiste à attraper les pierres avec une main en un seul mouvement. Vous commencez l’exercice avec les bras et les mains sous l’eau. Vous saisirez très rapidement les notions de trajectoire courte, de relaxation du corps, de la coordination musculaire et des réflexes : l’ensemble des éléments requis pour une frappe efficace.

Si vous arrivez à attraper 7 cailloux sur 10 vos frappes seront irrésistibles !

Oui, la vidéo est en anglais, ça vous entraine pour Toronto !

Publié dans Entrainement | Tagué | Un commentaire

Aller s’entraîner à Toronto

Pour ceux qui ne le savent pas encore, l’école de Vladimir Vasiliev se trouve au Canada, à Toronto.

Aller à Toronto

Air Canada propose, à mon avis, le meilleur rapport qualité/prix. Comptez au minimum 500 euros pour votre billet (plus au printemps et en été).

Pourquoi aller s’entrainer à Toronto ?

Nous avons la chance de pouvoir nous entrainer avec les fondateurs de notre style, c’est une opportunité assez rare. C’est un peu comme commencer l’Aïkido et pouvoir s’entrainer avec Ueshiba. Vladimir n’enseignera peut-être pas jusqu’à ses 80 ans il faut donc en profiter tant qu’il le fait encore.

Deuxième raison : il y a dans cette école un certains nombres d’instructeurs extrêmement compétents (Max Franz, Adam et Brendon Zettler, Igor Davidov…) sans parler des nombreux pratiquants qui s’entrainent là depuis des années. Le niveau est élevé, si vous pensiez être le roi du pétrole préparez-vous à vous faire botter le cul ^o^

Tout ces pratiquants vous feront un très bon accueil et n’hésiterons pas à vous donner de précieux conseils au cours de votre séjour.

La réputation de gentillesse de Vladimir n’est pas usurpée et il vous mettra à l’aise très rapidement.

Où se trouve la salle d’entrainement ?

Comme l’indique le site de Vladimir : 39 Glen Cameron Road, Thornhill. C’est une banlieue au nord de Toronto.

Comment s’y rendre ?

Sur la ligne Yonge-University-Spadina (bref, la ligne jaune) prendre un train northbound jusqu’au terminus Finch.

Une fois descendu du train suivez les panneaux TTC Buses et prenez alors un bus à destination de Steeles East (n°53) ou Steeles West (n°60).

Descendez à la station correspondante (Steeles East ou West, les bus indiquent à quelle station ils vont s’arrêter avant l’arrêt).

A partir de là continuez à remonter Yonge Street avec vos pieds, traversez un pont, tournez à gauche pour traverser un parking entouré de restos chinois et coréens et vous finirez par arriver au but (environ 15 minutes depuis l’arrêt de bus).

Combien de cours par semaine ?

En 2013 le planning propose 10 cours par semaine dont 2 cours consacrés à la respiration et à la condition physique (le planning est disponible sur le site de l’école).

La respiration étant la pierre angulaire du Systema ne passez pas à côté des cours qui lui sont dédiés, la qualité de votre travail au cours suivant sera tout autre !

Tarif : en 2013 un abonnement mensuel à l’ensemble des cours est d’environ 220$, n’hésitez pas à envoyer un mail (training@russianmartialart.com) si vous avez un doute où si vous avez d’autres demandes liées à l’entrainement.

Puis-je m’entrainer dans une autre école ?

Il se retrouve qu’Emmanuel Manolakakis (un excellent instructeur qui donnera bientôt un séminaire en France) à ouvert il y a 10 ans son club de Systema : le Fight Club. Et ça tombe bien, deux cours ne tombent pas en même temps que les cours chez Vladimir : le lundi et le mercredi, de 11h à 12h30. L’ambiance y est très bonne et je ne répéterais jamais assez qu’Emmanuel est un excellent pédagogue.

Quelle durée pour le séjour ?

Le décalage horaire (6 heures) fait que la 1ère semaine d’entrainement n’est pas la plus productive, donc au minimum 2 semaines. Un mois est la solution idéale que ce soit au niveau des tarifs de locations, des cartes de transports, etc.

Si vous allez également chez Emmanuel vous serez déjà à 17h d’entrainement par semaine, vous ne perdrez pas votre temps.

Où se loger ?

Pour une durée de deux semaine à un mois l’hôtel n’est sans doute pas la meilleure solution, des sites comme easyroomates ou airbn’b vous permettront de trouver votre bonheur. En termes de budget pour un mois prévoyez de 500 à 900 euros selon le niveau de confort que vous désirez (notez également que les tarifs augmentent à partir de mai pour tout l’été).

Prés de la salle d’entrainement ou plutôt près du centre-ville ? C’est à vous de voir : le quartier autour de la salle n’est pas franchement folichon mais être proche du centre-ville va singulièrement augmenter la durée du trajet jusqu’à la salle (mais vous serez mieux situé pour faire vos courses et visiter la ville). Si vous êtes près d’un métro dans le centre ville comptez au minimum 1 heure pour aller vous entrainer.

La langue

Il n’y a pas d’échappatoire : il va falloir vous mettre à l’anglais ! Pas de panique toutefois, le niveau requis pour suivre les cours est à la portée de tous. Mais si vous ne parlez pas un mot d’anglais cela va fortement diminuer l’intérêt du voyage pour vous. La plupart des mairies en France propose des cours d’anglais à des tarifs très abordables (inscriptions en septembre généralement). Ajoutez à cela quelques séries et films en VO pour habituer votre oreille et vous serez prêt.

Je pars avec un pote qui parle anglais ! Ce ne serait pas très gentil pour votre pote. La traduction simultanée est un exercice assez fatiguant sur la durée. Sans parler des contraintes que cela implique : il ne pourra pas toujours s’entrainer avec d’autres gens de la salle vu qu’il sera coincé avec vous et vous ne pourrez pas profiter des conseils donnés par d’autres partenaires. A éviter !

La ville

Quand vous allez chercher un guide sur Toronto vous en trouverez peu et pour une bonne raison : ce n’est pas une ville bien passionnante. Même les habitants (très sympathiques) avec qui j’ai pu discuter partagent cet avis, c’est vous dire. Pourquoi cet avertissement ? Parce que si vous comptez partir en couple ou en famille la déconvenue peut-être assez sévère pour ceux qui ne sont pas venus s’entraîner.

La solution ? Prévoir un petit budget voyage pour ceux qui vous accompagnent : Québec, Montréal, Chicago, New-York sont tout proche (en bus, train ou avion). Cela fera passer la pilule plus facilement !

Et les chutes du Niagara ? Mon avis tout personnel sur la question : faites l’économie du voyage, en ce qui me concerne j’ai vu un tout-à-l’égout entouré par des casinos et des chaines de Fast Food. Gardez plutôt votre argent pour faire un saut à Chicago.

Un bon guide de la ville ? Je suis parti avec l’édition 2004 du Lonely Planet Toronto (réédité en 2007), très complet mais en anglais. Sinon il existe un guide Petit Futé pas terrible mais mieux que rien. Pour les anglophones mettez l’excellent site Blog.to dans vos favoris.

Le coût de la vie

Au moment où je me suis rendu à Toronto (avril 2013) j’ai trouvé le coût de la vie assez élevé (à peu près semblable à Paris, parfois même plus cher). Pour ceux qui pensait ramener des litres de sirop d’érable à la maison vous pouvez oublier, il est plus cher qu’en France !

Les transports

Le réseau de transport de Toronto fonctionne bien dans l’ensemble et est assez complet (métro, bus, tramway). Pensez à prendre une carte d’abonnement au mois (environ 128$ en 2013), elle sera vite rentabilisée.

Le site des transports de la ville

Louer une voiture ?

Le centre-ville de Toronto est souvent très congestionné donc, a priori, je déconseillerais cette solution.

Si vous avez des questions à poser ou des précisions à apporter, n’hésitez pas, les commentaires sont là pour ça !

Publié dans Séminaires | Tagué | 11 Commentaires